Comment gagner du temps en apprenant son texte ?

dictaphone-apprendre-texte-comedien

Connaître son texte, c’est être capable de le réciter en faisant complètement autre chose. Il faut pouvoir exercer une activité indépendante tout en le récitant.

Parfois vous pourrez trouver plus de choses sur la situation et le personnage en écoutant le texte plutôt qu’en le lisant. En lisant votre texte, vos yeux sont fixés sur votre texte, logique. Mais les yeux sont directement liés avec votre cerveau, et les mouvements des yeux servent à organiser les informations dans votre mémoire. C’est pour cela que des thérapies comme l’EMDR existent : les mouvements oculaires vont recoder les informations émotionnelles liées à un traumatisme. Lors de la phase de sommeil paradoxal (le rêve), les yeux sont également très actifs. Certains scientifiques estiment que ces mouvements sont liés à la mémorisation.

Donc en lisant un texte, on imprime l’image du texte dans notre cerveau. Mais si on ne décolle pas les yeux du texte pour permettre au cerveau de coder les informations, vous risquez de passer à côté de certaines données importantes.

Ecouter votre texte vous permettra de libérer vos yeux et tout votre corps de la contrainte de la lecture. Cela peut vous aider à visualiser et à imaginer la situation de votre personnage. Vous pourrez ainsi apprendre votre texte en laissant votre corps libre de bouger comme il le sent. Vous pouvez demander à quelqu’un de le lire pour vous ou l’enregistrer sur un dictaphone.

 

Pour vérifier que vous avez bien appris votre texte, voici une astuce toute simple qui vous permettra en plus de vous attaquer à vos tâches ménagères : Enregistrez votre réplique sur un dictaphone, et répétez votre texte en faisant la vaisselle, en rangeant, en faisant le ménage, en faisant l’amour , etc…

 

Vous avez bien une fonction d’enregistrement sur votre téléphone, non ?

 

 

4 réflexions sur “Comment gagner du temps en apprenant son texte ?”

    1. Salut Jean-Yves,
      Oui, j’y ai pensé, et j’en utilise quelques unes, comme l’association d’images. La difficulté c’est que pour interpréter correctement un texte, il faut pouvoir s’en détacher complètement, l’oublier en quelque sorte consciemment mais le connaître inconsciemment par coeur. C’est pas évident avec les techniques de mémorisation. J’ai remarqué qu’étant plutôt visuel, j’ai une image de mon texte (le bloc de lignes) et je peux m’en servir pour me repérer en sachant quelle idée vient à quel endroit…
      Je vais regarder les techniques sur ton site et voir s’il est possible de les adapter à l’interprétation 😉

      1. Je me réponds à moi même en lisant ce post des mois après ! L’image du texte que l’on a en tête est en fait un énorme blocage puisque c’est une image qui est absente de la vie du personnage. En fait, avant même de chercher à mémoriser un texte, il faut le transformer en images, en évènements. Ce sont ces évènements qu’on va alors pouvoir mémoriser, et utiliser donc des techniques de visualisation. J’en reparlerai prochainement dans un article sur la spatialisation des visions.

  1. Effectivement avant d’apprendre un texte il convient de savoir si l’on a une mémoire plutôt visuelle ou auditive.
    Pour ma part j’aime apprendre le texte sans ponctuation et sans intonation. Cela m’évite de m’enfermer dans une « musique ». Ensuite je répète juste en débitant le texte. Toujours sans intonation et avec le minimum de ponctuation.
    Je ne répète vraiment que lorsque je connais le texte sur le bout des doigts pour ne pas avoir à penser au texte et pour juste avoir à écouter les autres personnages.

Les commentaires sont fermés.