Choisir des textes qui nous touchent

Certains textes sont naturellement plus émouvants que d’autres, plus touchants, plus porteurs.

Je viens de lire un extrait de la pièce The Normal Heart, une pièce mettant en scène un journaliste gay dans les années 80 qui se bât pour faire reconnaître l’épidémie de SIDA. A l’époque, le virus du VIH est encore inconnu, la maladie se répand dans le milieu homosexuel mais personne ne comprend d’où elle vient. Ned Weeks se bât pour la faire connaître et pour dire aux gays d’arrêter de baiser comme des lapins sans protection pour éviter la contamination. Il se bât pour sauver des millions de vies.

Le contexte de l’époque, la menace de mort qui pèse sur son entourage, les hommes qu’il connaît qui meurent les uns après les autres… Il suffit de lire le texte en ayant conscience du contexte pour être touché.

 

Certains textes sont de toute évidence plus forts que d’autres. J’ai déjà parlé dans l’article 3 bonnes raisons de travailler sur les classiques de l’intérêt de lire et de travailler sur des textes classiques. Il est tout aussi important à mon sens de travailler sur des textes qui nous touchent, qui nous semblent évidents dès la première lecture par l’effet qu’ils ont sur nous.

Ces textes, il faut aller les chercher. Bien souvent, quand on commence, on a rarement accès à des scènes de qualité. En travaillant sur des projets étudiants ou sur les petits rôles  auxquels on a accès à la télévision, il est rare de se confronter à des textes porteurs. Pourtant il y a dans la littérature, les romans, les pièces de théâtre des textes forts qui nous touchent à la première lecture. C’est vers ces textes là qu’il faut aller.

Je crois que plus on fait confiance à son instrument, plus on avance. Il n’y a qu’en lisant qu’on trouve ces textes, ces perles rares qui sont si bien écrites qu’elles nous touchent au coeur.