Livre : Trouver sa voix

Travailler la voix de l'acteurContrôler sa respiration, Enrichir son timbre, Élargir son registre vocal.

 

Trouver sa voix est un livre que j’ai découvert quand j’étais à la fac, ça fait déjà quelques année… Il était à la bibliothèque, et j’ai commencé à travailler avec. Malheureusement, le prêt est limité en temps, et c’est un livre qui se lit dans la durée. Je l’ai donc acheté !

En fait, c’est plus un guide pratique qu’un livre. Ça ne sert à rien de le lire dans les toilettes, il faut le lire en pratiquant les exercices proposés.

L’auteur,  Louis-Jacques Rondeleux a été professeur de technique vocale au conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, c’est dire s’il connaît le sujet de la voix de l’acteur.

 

Ce livre s’adresse à ceux qui cherchent une méthode progressive et structurée pour travailler leur voix. La partie théorique, très intéressante, est reléguée à la fin du livre. La majeure partie du livre consiste en 100 exercices progressifs répartis sur 8 semaines de travail. Avec pour chaque semaine un plan de travail quotidien d’une vingtaine de minutes.

Chaque séance de travail est partagée entre le travail de la respiration et le travail de la voix.

 

Première semaine

La première semaine est consacrée à la prise de conscience de la respiration ventrale et thoracique, et à la détente de l’appareil phonatoire. Ça peut faire un peu peur au début lorsqu’il donne comme consigne de tirer la mâchoire vers le bas jusqu’à entendre un petit claquement, et c’est justifié puisque je me suis retrouvé avec ma mâchoire dans les mains, détachée de mon crâne. Ne sachant pas quoi en faire, je l’ai posée sur la table et l’ai oubliée là…

C’est pendant la première semaine qu’il faudra dépasser la peur d’être entendu en criant dans son appartement comme si on était à la campagne. Eh oui, travailler sa voix, c’est aussi accepter de déranger les voisins…

 

Deuxième semaine

La deuxième semaine poursuit le travail entamé sur la respiration, l’assouplissement de la mâchoire et l’ouverture de la gorge.

Le travail de la respiration inclut la mise en jeu du dos dans le processus respiratoire. En effet, quand vous respirez, le dos doit également bouger. L’exercice qu’il propose pour en avoir conscience consiste à s’allonger sur le ventre et a respirer en soulevant la zone des reins à l’inspiration et en la pressant à l’expiration.

C’est très bon pour le dos, et ça soulage la colonne vertébrale (surtout pour moi qui ai une courbure bizarre à ce niveau de ma colonne vertébrale).

Le travail vocal aborde la voyelle O, qui permet de travailler l’ouverture de la gorge. On commence également le travail sur les hauteurs, préparez le piano !

 

Troisième semaine

La troisième semaine, on est censé avoir une respiration abdominale bien calée, et le travail est davantage ciblé sur le dos et les côtes. Notamment avec des exercices assis et debout, dos au mur pour bien sentir le mouvement du dos.

Le travail de la technique vocale continue sur la voyelle « O », et le travail des hauteurs, avec notamment un exercice qui consiste à passer fluidement d’une note à la suivante sur la quinte de base.

 

Quatrième semaine

La quatrième semaine, on insiste davantage sur le travail des côtes. Pour avoir une émission sonore puissante, les côtes doivent être tenues à l’expiration. C’est le ventre qui envoie le souffle tandis que les côtes doivent rester écartées.

Le travail des voyelles avance, on aborde le ‘i’ et le ‘ou’. Avec bien sûr toujours un travail sur les lèvres, la langue et la mâchoire afin de produire la bonne résonance dans l’appareil phonatoire.

 

Cinquième semaine

La cinquième semaine, les exercices respiratoires ne sont plus séparés de la séance. La respiration est toujours aussi importante, mais on a maintenant une meilleure conscience de son fonctionnement, et on peut la laisser travailler avec le travail du son. On continue les liaisons entre les hauteurs sur différentes syllabes, et on commence à travailler la phrase.

 

Sixième semaine

La sixième semaine, l’auteur nous invite à plus d’autonomie. L’éveil corporel et vocal est à notre choix. Bien sûr il nous propose toujours des exercices, mais il n’est pas nécessaire de les suivre dans l’ordre. On peut choisir celui qui nous convient le mieux. Ensuite, on continue à travailler la voix et le timbre, et on aborde le travail du texte. Ce travail permet de trouver une respiration naturelle dans la parole.

 

Septième semaine

La septième semaine, les exercices d’éveil et de développement vocal sont laissés à notre choix. On approfondit le travail des mots et du texte commencé en sixième semaine avec des exercices progressifs.

 

Huitième semaine

La huitième semaine, la totalité du travail est à notre choix. L’auteur propose un choix d’exercices pour la voix parlée et nous laisse gérer notre temps et nos besoins.

 

Troisième mois

Pour nous permettre de continuer le travail déjà bien commencé, l’auteur nous propose différentes pistes de travail en fonction de nos besoins.

J’aime bien :

L’avantage de ce guide c’est qu’il est structuré et progressif. Si on a la discipline suffisante pour faire les exercices 5 ou 6 fois par semaine pendant 20-30 minutes chaque jour, on sent les progrès très rapidement.

Les exercices sont variés et mettent en jeu le corps entier. Ils travaillent aussi bien sur l’aspect technique que sur l’aspect psychologique de la voix.

Au début, une indication de temps à passer sur chaque exercice est donnée. Ça aide à gérer sa séance pour pouvoir tout faire en 20-25 minutes.

J’aime beaucoup la philosophie de l’auteur qui replace le travail de la voix comme un travail de développement personnel, la recherche de sa voix comme la quête de soi, et peut-être la quête de sa voiE.

Le format du livre permet de l’emporter avec soi en vacances 🙂

 

J’aime moins :

Je ne sais pas si c’est imputable au livre ou à mes propres blocages, j’ai des difficultés à tenir le travail au delà de la septième semaine. Soit parce que je manque de temps, ou parce que je pars dans un endroit où il m’est plus difficile de travailler… C’est peut-être justement un cap personnel à passer, un blocage psychologique à dépasser.

Le fait que la septième semaine soit moins cadrée en terme de temps y est peut-être pour quelque chose. J’ai plusieurs fois repris le travail du début.

J’aurais aimé un répertoire des exercices classés selon la compétence vocale ou respiratoire travaillée. J’ai parfois du mal à retrouver un exercice selon le besoin que je ressens.

J’ai parfois l’impression que ça manque d’aération, les paragraphes sont assez denses, et au bout d’un moment, ça devient fatiguant de retrouver l’endroit ou on avait arrêté la lecture pour faire l’exercice. Mais bon, je me dis qu’il faut bien ça pour le garder en format transportable.

 

En conclusion

 

C’est un très bon livre qui m’a ouvert sur beaucoup de possibilités vocales. Il demande une solide auto-discipline et la mise en place d’un rythme régulier pas toujours évident à trouver, mais en contre-partie, il amène des résultats palpables très rapidement. 

 

Cliquez ici pour voir Trouver sa voix sur Amazon. 

 

Cliquez ici pour voir mon article : 3 exercices pour améliorer sa voix.

 

 

2 réflexions sur “Livre : Trouver sa voix”

  1. Bonjour Adrien, je ne connaissais pas ce livre, et ton article m’a donné envie de le lire, ne serait-ce que pour les bienfaits sur la respiration.
    Merci a bientot
    sebastien

    1. Le travail avec ce livre procure non seulement des bienfaits sur la respiration mais aussi sur la posture physique et le bien-être en société. Rien de pire pour se sentir timide que de ne pas savoir se faire entendre !

Les commentaires sont fermés.