Je commence une nouvelle formation à l’Actors Factory !

actors factoryLa semaine dernière j’ai publié deux articles pour vous aider à bien choisir votre formation. J’ai moi même choisi de continuer ma formation cette année dans une nouvelle structure qui n’est pas une école mais un studio d’acteur.

C’est quoi la différence ? La taille d’abord, l’ambiance et le suivi des élèves.

Je le disais dans mon avis sur Acting International, d’anciens professeurs ont quitté l’école pour monter leur propre studio. C’est donc avec eux que je vais étudier cette année !

Tiffany Stern a monté son studio : L’Actors Factory, et Eric Bartonio interviendra pour des cours sur la mise en scène spécifique du jeu à la caméra.

Tiffany m’a déjà beaucoup appris sur moi même durant le peu de cours que j’ai eu avec elle à Acting International. Elle a l’oeil pour détecter le jeu faux et n’hésite pas à le dire. Je sais qu’elle me mettra la pression pour me forcer à donner le meilleur de moi-même.

Eric Bartonio m’a aussi appris énormément sur le jeu à la caméra. Il est patient et clair dans ces explications, et il est d’une grande précision dans ses commentaires. Quand quelque chose ne va pas, il sait dire pourquoi et comment l’améliorer.

L’Actors Factory est une formation en 2 ans qui a pour ambition de donner une méthode efficace qui permettra aux comédiens de connaître et utiliser leur instrument (leur propre corps) afin de pouvoir aborder n’importe quelle scène avec succès.

Je suis très excité à l’idée de commencer ces cours, c’est pour mi-octobre, car je sais que je vais faire un bond en avant dans ma technique et ma connaissance de moi-même.

Voilà, j’avais envie de partager ça avec vous car je sais que c’est pas évident de trouver une formation qui nous convienne. Pour ceux qui sont intéressés, voici le lien vers le site de l’actors factory.

 

Mise à jour : après 6 mois de formation et d’apprentissage, j’ai écrit un article plus complet à voir ici : mon avis sur l’Actors Factory.

L’auto-hypnose : apprenez à communiquer avec votre inconscient

Notre métier consiste à vivre réellement dans des circonstances imaginaires. Et pour ça, il faut d’abord être capable de vivre réellement, dans le moment présent, en suivant ses instincts, et il faut être capable d’imaginer les circonstances de manière suffisamment fortes.

 

Depuis que je suis arrivé à Paris, j’ai la possibilité d’assister régulièrement à des cours d’auto-hypnose. Et j’ai repris un cours hier soir.

En en parlant autour de moi, je me rend souvent compte que le mot hypnose fait peur, et que la plupart des gens imaginent ça comme un truc étrange où un monsieur avec des grands yeux nous fait dormir et joue avec notre cerveau…

 

En fait pas du tout !

 

L’état d’hypnose

L’état d’hypnose est un état que l’on connaît naturellement tout au long de la journée, quand on part dans ses pensées, quand on imagine quelque chose, quand on exerce sa créativité. Autant dire que l’on est en permanence ou presque sous hypnose.

Dans ce cas, pourquoi chercher à s’hypnotiser soi même puisque c’est déjà le cas ?

Et bien parce que la plupart du temps, on ne maîtrise pas ce processus, et on n’est incapable de s’en servir. La plupart des gens sont dans une auto-hypnose négative, ils se répètent sans arrêt des pensées négatives, imaginent toujours le pire d’une situation etc…

 

En tant que comédiens, notre imagination est notre outil de travail. Tout le monde a de l’imagination, mais savoir l’utiliser pour en tirer le meilleur, c’est une autre histoire.

L’auto-hypnose se base sur l’étude du fonctionnement de notre cerveau pour nous donner un manuel permettant de l’utiliser au mieux.

Que ce soit pour atteindre ses buts ou pour préparer un rôle, je trouve dans l’auto-hypnose beaucoup de ressources utiles que j’ai envie de partager avec vous.

 

Un exercice tout simple et amusant à faire debout les yeux fermés.

Vous imaginez devant vous un écran sur lequel vous allez projeter une situation que vous aimeriez vivre, un but, quelque chose d’attirant. Et imaginez que vous pouvez jouer avec cette image, en changer la taille, les couleurs, les mouvements etc, et faites  cette suggestion à votre inconscient que lorsque cette image sera comme vous le désirez, votre corps sera attiré vers l’avant.

Vous devriez vous sentir légèrement attiré vers l’avant, signe que votre inconscient a bien compris ce que vous voulez.

Cet exercice n’est qu’un début bien sûr, il y a énormément de choses à explorer, mais c’est déjà amusant à faire, et amusant de constater comme le corps peut réagir à l’imagination.

 

L’auto-hypnose peut nous aider à dépasser nos blocages et à améliorer notre imagination.

 

Mise à jour du 04/10/2015 : Je suis aujourd’hui Praticien en Hypnose Ericksonienne. Pour en savoir plus sur l’auto-hypnose, vous pouvez consulter mon autre site  sur l’auto-hypnose en mp3 : Autohypnose-mp3.com

 

 

L’acteur est un Samouraï au service de son art

HagakureDans mon dernier article : Gagnez des batailles au quotidien, je parlais d’une citation de Lao Tseu sur la pluie.

Et bien en fait, je l’ai retrouvée, ce n’était pas de Lao Tseu, mais de Jocho Yamamoto. C’est un extrait du Hagakuré, le livre secret des SamouraÏs (si vous avez vu le film Ghost Dog avec Forest Witthaker vous savez de quoi il s’agit ) :

 

Il existe ce qu’on appelle « l’attitude pendant l’orage ». Quand on est pris sous une averse soudaine, on peut, soit courir le plus vite possible, soit s’élancer pour s’abriter sous les avancées des toits des maisons qui bordent le chemin. De toutes façons, on sera mouillé.

Si on se préparait auparavent mentalement, à l’idée d’être trempé, on serait en fin de compte fort peu contrarié à l’arrivée de la pluie.

On peut appliquer ce principe avec profit dans toutes les situations.

 

Le Hagakuré est un livre contenant des principes philosophiques à destination des Samouraï qui veulent se parfaire dans la Voie. J’aime lire le Hagakuré car les principes qu’il contient peuvent très bien s’appliquer à l’art de l’acteur. Le lire me renforce dans ma détermination et j’y trouve souvent de bons conseils.

 

A l’époque féodale japonaise, le samouraï était entièrement dévoué à son maître, le Daimyo. Il était prêt à mourir pour lui et toute sa vie était consacrée à la recherche de la perfection dans cette dévotion envers son maître.

En considérant que le Daimyo est l’art dramatique, le Cinéma ou le message que vous avez à transmettre, le Hagakuré prend tout son sens. L’acteur est un Samouraï au service de son art.

Voici un autre extrait du Hagakuré qui est très révélateur de l’engagement que l’on doit avoir en tant qu’acteur :

On m’a dit qu’un maître de Sabre déjà avancé en âge avait dit ceci :

« Le Samouraï doit s’entraîner toute sa vie » et il y a, à cela, une raison. Tout au début, même en cas de pratique régulière, on n’a pas l’impression de progresser. On se sait malhabile et on voit les autres à son image.

A ce stade, inutile de préciser que l’on n’est d’aucune utilité au service du Daimyo.

Quand on atteint un stade moyen, on n’est pas encore d’une grande utilité mais on prend conscience de ses déficiences et on commence à remarquer les imperfections des autres.

Quand un Samouraï atteint un niveau supérieur, il est capable de prendre, de sa propre initiative, des décisions en n’importe quelle situation, de sorte qu’il n’a plus besoin des conseils des autres. Il acquiert plus de confiance en ses possibilités, se réjouit d’être loué et déplore les insuffisances des autres. Un tel Samouraï est, on peut le dire, utile au Daimyo.

Puis au delà de ce niveau, i y a ceux dont l’expression du visage ne révèle jamais ce qu’ils pensent, qui ne font jamais étalage de leur habileté, qui feignent l’ignorance et l’incompétence. Qui plus est, ils respectent l’habileté des autres. Pour beaucoup, là est l’ambition la plus haute.

Mais à un niveau encore plus élevé, il existe un domaine qui dépasse l’habileté du commun des mortels. Celui qui s’engage à fond dans la Voie de ce domaine, prend conscience que son entraînement sera illimité et qu’il ne pourra jamais être satisfait de son travail.

C’est pourquoi un Samouraï doit connaître ses faiblesses et passer sa vie à les corriger sans jamais avoir le sentiment d’en faire suffisamment. Il doit naturellement jamais être trop confiant mais il ne doit pas non plus se sentir inférieur.

Yagyu, le maître de la Voie du Sabre, auprès du Shogun Tokugawa disait :  » je ne sais pas comment surpasser les autres. Tout ce que je sais, c’est comment me surpasser ».

Il se disait : « Je suis aujourd’hui meilleur qu’hier, demain je serai encore supérieur ».

Un vrai Samouraï consacre tout son temps au perfectionnement de lui-même. C’est pourquoi, l’entraînement est un processus sans fin.

Une fois acceptée l’idée que notre entrainement d’acteur est un processus sans fin, on peut apprécier le chemin, et chaque pas que l’on fait nous apporte la joie de la réussite. Le but cesse d’être lointain et devient quotidien, on apprend la patience, la constance et la persévérance.

En continuant à prendre des cours cette année, je me suis résolu à continuer d’en prendre encore pendant toute ma vie. Je me suis rendu compte qu’en réalité, ce qui compte le plus ce n’est pas de réussir, d’être connu, d’être une « star », mais d’être moi-même. Et être soi-même en toutes circonstances est un but bien plus élevé…

Livre : Trouver sa voix

Travailler la voix de l'acteurContrôler sa respiration, Enrichir son timbre, Élargir son registre vocal.

 

Trouver sa voix est un livre que j’ai découvert quand j’étais à la fac, ça fait déjà quelques année… Il était à la bibliothèque, et j’ai commencé à travailler avec. Malheureusement, le prêt est limité en temps, et c’est un livre qui se lit dans la durée. Je l’ai donc acheté !

En fait, c’est plus un guide pratique qu’un livre. Ça ne sert à rien de le lire dans les toilettes, il faut le lire en pratiquant les exercices proposés.

L’auteur,  Louis-Jacques Rondeleux a été professeur de technique vocale au conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, c’est dire s’il connaît le sujet de la voix de l’acteur.

 

Ce livre s’adresse à ceux qui cherchent une méthode progressive et structurée pour travailler leur voix. La partie théorique, très intéressante, est reléguée à la fin du livre. La majeure partie du livre consiste en 100 exercices progressifs répartis sur 8 semaines de travail. Avec pour chaque semaine un plan de travail quotidien d’une vingtaine de minutes.

Chaque séance de travail est partagée entre le travail de la respiration et le travail de la voix.

 

Première semaine

La première semaine est consacrée à la prise de conscience de la respiration ventrale et thoracique, et à la détente de l’appareil phonatoire. Ça peut faire un peu peur au début lorsqu’il donne comme consigne de tirer la mâchoire vers le bas jusqu’à entendre un petit claquement, et c’est justifié puisque je me suis retrouvé avec ma mâchoire dans les mains, détachée de mon crâne. Ne sachant pas quoi en faire, je l’ai posée sur la table et l’ai oubliée là…

C’est pendant la première semaine qu’il faudra dépasser la peur d’être entendu en criant dans son appartement comme si on était à la campagne. Eh oui, travailler sa voix, c’est aussi accepter de déranger les voisins…

 

Deuxième semaine

La deuxième semaine poursuit le travail entamé sur la respiration, l’assouplissement de la mâchoire et l’ouverture de la gorge.

Le travail de la respiration inclut la mise en jeu du dos dans le processus respiratoire. En effet, quand vous respirez, le dos doit également bouger. L’exercice qu’il propose pour en avoir conscience consiste à s’allonger sur le ventre et a respirer en soulevant la zone des reins à l’inspiration et en la pressant à l’expiration.

C’est très bon pour le dos, et ça soulage la colonne vertébrale (surtout pour moi qui ai une courbure bizarre à ce niveau de ma colonne vertébrale).

Le travail vocal aborde la voyelle O, qui permet de travailler l’ouverture de la gorge. On commence également le travail sur les hauteurs, préparez le piano !

 

Troisième semaine

La troisième semaine, on est censé avoir une respiration abdominale bien calée, et le travail est davantage ciblé sur le dos et les côtes. Notamment avec des exercices assis et debout, dos au mur pour bien sentir le mouvement du dos.

Le travail de la technique vocale continue sur la voyelle « O », et le travail des hauteurs, avec notamment un exercice qui consiste à passer fluidement d’une note à la suivante sur la quinte de base.

 

Quatrième semaine

La quatrième semaine, on insiste davantage sur le travail des côtes. Pour avoir une émission sonore puissante, les côtes doivent être tenues à l’expiration. C’est le ventre qui envoie le souffle tandis que les côtes doivent rester écartées.

Le travail des voyelles avance, on aborde le ‘i’ et le ‘ou’. Avec bien sûr toujours un travail sur les lèvres, la langue et la mâchoire afin de produire la bonne résonance dans l’appareil phonatoire.

 

Cinquième semaine

La cinquième semaine, les exercices respiratoires ne sont plus séparés de la séance. La respiration est toujours aussi importante, mais on a maintenant une meilleure conscience de son fonctionnement, et on peut la laisser travailler avec le travail du son. On continue les liaisons entre les hauteurs sur différentes syllabes, et on commence à travailler la phrase.

 

Sixième semaine

La sixième semaine, l’auteur nous invite à plus d’autonomie. L’éveil corporel et vocal est à notre choix. Bien sûr il nous propose toujours des exercices, mais il n’est pas nécessaire de les suivre dans l’ordre. On peut choisir celui qui nous convient le mieux. Ensuite, on continue à travailler la voix et le timbre, et on aborde le travail du texte. Ce travail permet de trouver une respiration naturelle dans la parole.

 

Septième semaine

La septième semaine, les exercices d’éveil et de développement vocal sont laissés à notre choix. On approfondit le travail des mots et du texte commencé en sixième semaine avec des exercices progressifs.

 

Huitième semaine

La huitième semaine, la totalité du travail est à notre choix. L’auteur propose un choix d’exercices pour la voix parlée et nous laisse gérer notre temps et nos besoins.

 

Troisième mois

Pour nous permettre de continuer le travail déjà bien commencé, l’auteur nous propose différentes pistes de travail en fonction de nos besoins.

J’aime bien :

L’avantage de ce guide c’est qu’il est structuré et progressif. Si on a la discipline suffisante pour faire les exercices 5 ou 6 fois par semaine pendant 20-30 minutes chaque jour, on sent les progrès très rapidement.

Les exercices sont variés et mettent en jeu le corps entier. Ils travaillent aussi bien sur l’aspect technique que sur l’aspect psychologique de la voix.

Au début, une indication de temps à passer sur chaque exercice est donnée. Ça aide à gérer sa séance pour pouvoir tout faire en 20-25 minutes.

J’aime beaucoup la philosophie de l’auteur qui replace le travail de la voix comme un travail de développement personnel, la recherche de sa voix comme la quête de soi, et peut-être la quête de sa voiE.

Le format du livre permet de l’emporter avec soi en vacances 🙂

 

J’aime moins :

Je ne sais pas si c’est imputable au livre ou à mes propres blocages, j’ai des difficultés à tenir le travail au delà de la septième semaine. Soit parce que je manque de temps, ou parce que je pars dans un endroit où il m’est plus difficile de travailler… C’est peut-être justement un cap personnel à passer, un blocage psychologique à dépasser.

Le fait que la septième semaine soit moins cadrée en terme de temps y est peut-être pour quelque chose. J’ai plusieurs fois repris le travail du début.

J’aurais aimé un répertoire des exercices classés selon la compétence vocale ou respiratoire travaillée. J’ai parfois du mal à retrouver un exercice selon le besoin que je ressens.

J’ai parfois l’impression que ça manque d’aération, les paragraphes sont assez denses, et au bout d’un moment, ça devient fatiguant de retrouver l’endroit ou on avait arrêté la lecture pour faire l’exercice. Mais bon, je me dis qu’il faut bien ça pour le garder en format transportable.

 

En conclusion

 

C’est un très bon livre qui m’a ouvert sur beaucoup de possibilités vocales. Il demande une solide auto-discipline et la mise en place d’un rythme régulier pas toujours évident à trouver, mais en contre-partie, il amène des résultats palpables très rapidement. 

 

Cliquez ici pour voir Trouver sa voix sur Amazon. 

 

Cliquez ici pour voir mon article : 3 exercices pour améliorer sa voix.

 

 

3 exercices simples pour travailler sa voix

travailler sa voix

 

Je viens de voir The Artist, un film magnifique, qui m’a beaucoup touché. Le héros est un acteur de cinéma muet qui sombre peu à peu dans l’oubli parce qu’il rate la transition vers le cinéma parlant.

Je n’en dirai pas plus sur ce film pour ne pas spoiler l’histoire, juste « allez le voir » !

 

Pendant le film, je me suis posé quelques questions sur l’importance de travailler sa voix pour le cinéma. Au théâtre, il est clair que le travail vocal est indispensable pour se faire entendre par les sourds du dernier rang, mais au cinéma, on pourrait penser que les micros servent justement à compenser le manque de voix et que le travail vocal n’est pas si important.

Travailler sa voix est in-dis-pen-sable !

 

C’est une erreur de penser que travailler sa voix n’est pas indispensable à l’acteur de cinéma.

En fait, travailler sa voix va bien au delà du simple fait d’être audible. Le travail vocal est un travail sur la vibration et la résonance du corps, qui donne  à l’acteur une plus grande aisance et une plus grande liberté d’expression. D’ailleurs, il m’arrive de ne pas travailler ma voix pendant certaines périodes (honte à moi) et je sens mes cordes vocales tendues, mon cou contracté et j’ai tendance à me refermer sur moi-même… Au contraire, quand je travaille régulièrement ma voix, je me sens plus libre, et plus sûr de moi.

Les enfants savent s’amuser avec leur voix. Les bébés adorent s’écouter crier ! C’est comme ça qu’ils apprennent à moduler leur voix, et plus tard à chanter. Et les bébés ont souvent plus de voix que les adultes, alors qu’avec un petit corps comme le leur on se demande comment ils font pour crier si fort. Peut-être que c’est simplement parce que c’est naturel.

Mais nous avons plus appris à nous taire qu’à nous exprimer, et c’est ce qui fait que beaucoup de gens ont peur de leur voix, ou n’osent pas dire ce qu’ils veulent et exprimer ce qu’ils ressentent. Je fais partie de ces personnes, j’ai été bâillonné mais j’ai conscience que je peux travailler dessus.

Evidemment, le mieux pour travailler sa voix est de prendre des cours avec un professionnel, et de chanter. Mais il est aussi possible de travailler sa voix chez soi, grâce à quelques exercices simples.

Travailler sa voix c’est aussi travailler sa respiration et le premier exercice que je vous propose est donc un exercice respiratoire. Il est inspiré par le très bon livre de Lous-Jacques Rondeleux, Trouver sa voix.

 

Travailler sa voix : respirer mieux pour vibrer mieux

 

Cet exercice peut se pratiquer allongé ou debout. C’est plus simple de commencer allongé.

Commencez par vous allongez à prendre un moment pour vous détendre. Laissez aller les tensions, laissez votre corps se reposer sur son support. Et prenez conscience de la respiration naturelle qui est déjà présente. Concentrez vous simplement sur la fluidité du mouvement respiratoire.

Quand vous avez bien conscience de votre respiration, soufflez à fond pour bien vider l’air de vos poumons et commencez le cycle suivant :

1- A la fin de votre expiration, relâchez les muscles du ventre et laissez entrer l’air. C’est la détente des muscles qui crée l’aspiration, vous n’avez aucun effort à faire.

2- Une fois le ventre remplit, vous laissez l’air emplir votre thorax, vos côtes se soulèvent, et s’écartent.

3- Vous maintenez une courte suspension respiratoire

4- Soufflez en resserrant les muscles abdominaux et en faisant le son ch... Chassez l’air du ventre.

5- Continuez en chassant l’air du thorax.

6- A la fin de l’expiration, restez en apnée et attendez l’appel d’air. Reprenez en 1.

 

Travailler sa voix : Joue aux montagnes russes avec votre voix.

 

Le deuxième exercice pour travailler sa voix est davantage un exercice sonore. Il s’agit de faire des courbes avec sa voix.

C’est un exercice amusant, vous allez jouer aux montagnes russes avec votre voix !

Prenez une position confortable, et commencez à émettre un son sur O. Quel que soit la hauteur de ce son, ce sera votre point de départ pour les montagnes russes.

Si vous visualisez cette note et le son comme un trait, votre premier son sera un trait droit.

Maintenant, amusez vous à faire des courbes en montant et en descendant ce son. Vous dessinerez ainsi des courbes de plus en plus grandes à mesure que vous gagnez en amplitude vocale.

Allez y doucement, et soyez toujours attentifs à vos sensation. Mieux vaut chercher l’aisance plus que la performance pour travailler sa voix dans le plaisir !

 

Travailler sa voix : Le stylo dans la bouche

Et pour finir, un exercice pour travailler sa voix parlée, prenez un texte simple et un crayon.

Placez le crayon entre vos molaires et lisez simplement le texte à voix haute. Le crayon va vous forcer à maintenir votre mâchoire ouverte et à articuler.

Lisez le texte en ayant conscience de votre respiration. Expirez par le ventre quand vous parlez, et détendez vos muscles quand vous avez besoin de reprendre de l’air.

 

Si vous souhaitez davantage d’exercices pour travailler sa voix, je vous conseille l’excellent livre Trouver sa voix :

>>>Trouver sa voix<<<

1000 visites en Septembre, merci à tous !

Statististiques etre acteurQuand on commence un blog, le plus dur c’est généralement de tenir sur la durée. Mettre régulièrement des articles en ligne, améliorer le design, le référencement, bref, tout un tas de trucs à faire qui prennent beaucoup de temps.

J’ai commencé ce blog en Mai dernier, il a donc un peu plus de 4 mois. J’ai énormément appris sur la création de site, et je sais maintenant que lorsque j’aurais un projet à promouvoir, je pourrais créer un site rapidement. Mais ce n’est pas ma spécialité, et ça ne le sera jamais.

La plus grande satisfaction que j’ai avec ce blog, c’est de lire vos encouragements et vos commentaires, c’est de savoir que mes recherches sont utiles et que les choses que je partage avec vous vous aident. Si j’ai décidé de faire ce blog, c’est justement pour ça : vous aider à réussir.

Et je le fais avec plaisir, car cela m’aide également. Ça me permet de développer des compétences nouvelles, d’apprendre et de partager avec des personnes intéressantes, de me sentir utile.

Au mois de Septembre, Etre Acteur.fr a reçu plus de mille visites. Je suis satisfait de ce résultat, et je voulais vous remercier. Merci !

J’aimerais que vous me disiez ce que vous attendez, ce qui vous intéresse, j’aimerais mieux vous connaître.

Laissez-moi un petit mot à propos de vous dans les commentaires ci-dessous !

Will Smith peut-il nous enseigner quelque chose sur la réussite ?

réussir selon will smith

Une petite vidéo de Will Smith, ça vous dit ?

Comme beaucoup d’entre vous sans doute, j’ai découvert Will Smith en regardant la série Le Prince de Bel-air. A l’époque, je me posais dans le canapé avec un bol de lait où tremper mes biscuits, et je m’amusais de voir ce jeune black sorti de nulle part faire ses conneries chez ses cousins ultra-riches.

 

Will Smith a réussi dans le cinéma et dans la musique. Il fait partie des acteurs les mieux payés d’Hollywood et tous ces films connaissent un succès mondial au box-office. Au niveau musical, il a fait 2 disques de platine en solo, et vous avez sûrement encore en tête une ou deux chansons, ne serait-ce que le générique de Men In Black.

Son mariage avec Jada Pinket est un succès, et leurs enfants ont un énorme succès dans la musique et le cinéma.

 

Bref, Will Smith réussit tout ce qu’il entreprend ou presque.

 

Et pourtant, il n’a pas commencé avec des chaussettes en or. Sa mère travaillait dans une école, et son père était technicien. Ses parents se sont séparés alors qu’il avait 13 ans.

 

J’ai traduit et sous-titré pour vous (pour ceux d’entre vous qui ne parlent pas anglais surtout) la vidéo ci-dessous qui résume en moins de 10 minutes la philosophie de la réussite selon Will Smith.

Vous pouvez la partager, la regarder quinze fois, et appliquer ce qu’il dit :

(N’oubliez pas d’activer les sous-titre en cliquant sur cc en bas à droite de la vidéo)

 

J’espère que ça vous a plu, les commentaires sont ouverts !